lundi 1 décembre 2014

La journée mondiale contre le SIDA, c’est le 01 Décembre !


Alors que les médias continuent de parler du virus Ebola qui aura fait moins de 15 000 morts. Il faut se souvenir qu’en 2013, il y avait toujours 35 millions de personnes infectées par ce virus et 1,5 millions en sont mortes en 2013.
Cette maladie ne concerne pas uniquement les homosexuels mais toutes les couches de la société. Il faut donc continuer à en parler et à informer.

Depuis le début de l’épidémie, c’est 78 millions de personnes qui seront décédées du SIDA 

Si les nouvelles infections au VIH ont chuté de 38% depuis 2001, on reste sur un nombre très important d’infections (2,1 millions)

Dans le monde, 240 000 enfants ont été nouvellement infectés par le VIH en 2013. En 2013, c’est encore 1,5 millions de personnes dans le monde qui sont mortes de causes liées au VIH. La thérapie antirétrovirale ne concerne que 37% des personnes touchées par ce fléau

En 2013, environ 12,9 millions de personnes vivant avec le VIH avaient accès à la thérapie antirétrovirale. Cela ne représente que 37% de toutes les personnes vivant avec le VIH. 67% des hommes et 57% des femmes n’ont pas un traitement antirétroviral en Afrique subsaharienne en 2013.

Au Nigeria c’est 80% des personnes qui n’ont pas accès au traitement. En Asie, l'Inde représente 51% de tous les décès liés au sida dans la région.
C’est énorme !

Les investissements sont importants mais toujours insuffisants 

19,1 milliards US $ était disponible à partir de toutes les sources pour la riposte au sida en 2013. Le besoin annuel estimé en 2015 est actuellement entre 22 à 24 milliards de dollars.

En 2013, les investissements nationaux des pays à faible revenu et à revenu intermédiaire ont représenté environ la moitié de toutes les dépenses liées au VIH.

 Les 10 objectifs des Nations Unis pour 2015 (UNAIDS) -

Le premier objectif est d’inverser la courbe de l’épidémie et l’obtention d’un accès universel au traitement du VIH.
- Réduire la transmission de moitié du VIH par voie sexuelle
- Eliminer la transmission verticale du VIH et Réduire de la mortalité maternelle liée au sida de moitié
 - Empêcher les infections nouvelles parmi les consommateurs de Drogues - Accès universel aux thérapies antirétrovirales
 - Réduire de moitié le nombre des décès à la tuberculose rapide parmi les personnes vivant avec le VIH
- Prendre en COMPTE les personnes vivant Avec le VIH et par le virus de le les familles
Dans Toutes Les Stratégies Nationales de la protection sociale et les Soins Leur assureur Fondamentaux et le Soutien
- Réduire de moitié le nombre de pays dotés de lois et de pratiques punitives à l'égard de la transmission du VIH (pour les prostituées (és), pour les consommateurs de drogues et envers l'homosexualité)
- Abroger les restrictions à l'entrée et au séjour des personnes porteuses du VIH par les pays qui en sont friands
- Répondre aux besoins des femmes et des jeunes filles qui ne bénéficient pas de soins appropriés et zéro tolérance pour la violence sexiste Votre contribution est importante Si vous en avez les moyens, vous pouvez envoyer une contribution financière pour aider les grandes associations qui luttent depuis longtemps contre cette maladie.
Et si vous n’avez pas les moyens, vous pouvez écrire quelques mots sur les réseaux sociaux de votre choix et éventuellement mettre le lien de cet article tout simplement. Nous devons être tous concernés.

jeudi 3 avril 2014

Un accueil en chanson sur Virgin Australia

Les passagers d'un vol Virgin Australia de Brisbane à Sydney ont eu droit à un spectacle  ultime quand la troupe de la comédie musicale Le Roi Lion s’est mise  à chanter.

Comme tout le monde attendait quelques passagers à bord du vol, la troupe a décidé de chanter afin de garder tout le monde dans la bonne humeur avec une interprétation émouvante de « The Circle of Life ».

Les passagers étaient un peu étonnés au début, mais à la fin de la performance impromptue, tout le monde a applaudi.

Puisse ce type de spectacle improvisé, nous faire oublié les nouvelles de l’appareil récemment disparu.


A  voir et entendre : On Virgin Australia !!

Une nouvelle épidémie en Afrique : déjà 78 décès

La Guinée est en proie à l'une des maladies contagieuses les plus redoutées au monde, avec un risque mortel de 90%.
Alors que le monde entier est effrayé par l’accident de la Malaysia Airlines, l’Afrique est entrain de revivre un drame qui coûtera malheureusement la vie à bien plus de 300 personnes.

L’épidémie a déjà fait 78 morts sur 122 cas recensés en Guinée.

La fièvre hémorragique du virus Ebola en Guinée du Sud-est sévit depuis le début de Février.
78 décès ont été confirmés a confirmé Médecins Sans Frontières (MSF). Cette terrible maladie n’a pas de remède à ce jour.

Le tourisme sera touché

Alors que l'épidémie était confinée dans des régions éloignées, la seule mention d'Ebola est suffisante pour dissuader de nombreux touristes.
Le Sénégal, qui ne semble pas être touché aujourd’hui par le virus,  lance des messages d’apaisement.  Par précaution, le pays a fermé samedi ses frontières terrestres (sud et sud-est) avec la Guinée pour prévenir toute contamination. La mesure concerne les points de passage dans les régions de Kolda (sud) et Kédougou (sud-est), zones en temps normal très fréquentées par des commerçants et forains, surtout durant un marché hebdomadaire rassemblant des milliers de personnes des deux pays et d'autres États voisins.
Apparu pour la première fois en 1976, lors de deux épidémies simultanées au Soudan et au Congo, Ebola sévit en Afrique, plutôt dans des villages isolés, proches de forêts tropicales.

L’arrivée du virus à Conakry, la capitale
Conakry, ville de deux millions d'habitants, est également touchée par le virus. Les derniers chiffres du ministère de la santé de la Guinée, publiés avant la révélation de la présence du virus Ebola à Conakry, indiquaient que parmi 88 cas de fièvre hémorragique virale détectés dans le sud de la Guinée, 63 personnes étaient mortes depuis le mois de janvier, soit un taux de létalité de 71,5 %.
D’autres pays africains pourraient être atteints

Des responsables de la santé des Nations Unies craignent que la maladie se propage à la Sierra Leone car des cas présentant des symptômes similaires, y compris la diarrhée, des vomissements et des saignements, avaient été signalés. Selon l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) le virus Ebola provoque une fièvre hémorragique virale sévère (VHF) chez l'homme.

La transmission du virus se fait d’abord via des animaux

Selon l’OMS, le virus Ebola est introduit chez les humains par contact étroit avec le sang, les sécrétions, les organes ou d'autres fluides corporels d'animaux infectés. En Afrique, l'infection a été documentée par la manipulation de chimpanzés infectés, les gorilles, les chauves-souris frugivores, des singes, des antilopes de forêt et les porcs-épics trouvés morts ou malades dans la forêt tropicale.

Ensuite Ebola se propage dans la communauté grâce à la transmission d'humain à humain, résultant d'un contact étroit avec le sang, les sécrétions, les organes ou d'autres fluides corporels des personnes infectées.
Les rituels funéraires, où parents et amis sont en contact direct avec le corps de la personne décédée peuvent également jouer un rôle dans la transmission du virus Ebola. La transmission par le sperme peut se produire jusqu'à sept semaines après la guérison clinique.

La CEDEAO appelle à l’aide

La Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) regroupant quinze pays dont la Guinée, le Liberia et la Sierra Leone, a appelé la communauté internationale à l'aide, car elle est fortement préoccupée par cette épidémie.


mercredi 12 mars 2014

MALAYSIA AIRLINES 370 : LES ENQUÊTEURS DEVANT UN DÉFI TRÈS RARE

Retrouvez mes post sur www.pagtour.net

Plus de quatre jours depuis que le vol Malaysia Airlines 370 a disparu en mer, les responsables malaisiens non seulement ne savent pas ce qui est arrivé à l'avion, ils ne semblent pas savoir où chercher !
Ils ne savent pas où fouiller!
Les autorités ont annoncé qu'ils ont une fois de plus élargi la zone de recherche qui couvre désormais 70 000 kilomètres carrés dans les détroits de Malacca et la mer de Chine du Sud.
Mais certains responsables malaisiens auraient jeté le doute sur le fait que l’avion aurait commencé à faire un demi-tour.
Quarante-deux navires et 39 avions de 12 pays sont en recherche entre la côte nord-est de la Malaisie et le sud-ouest du Vietnam, la zone où l'avion a perdu le contact avec les contrôleurs de la circulation aérienne.
Mais ils ont élargi les recherches sur la côte ouest de la péninsule malaise, dans le détroit de Malacca, et au nord dans la mer d'Andaman dans la mesure où l’appareil aurait pu faire tenter de faire un demi-tour.
Ils sont aussi à la recherche sur les terres entre ces zones.
Les autorités vietnamiennes frustrées
Les autorités vietnamiennes, qui ont été fortement impliquées, semblaient montrer une frustration croissante avec les informations provenant de la partie malaisienne.
Ce qu’ils reprochent ? Pour Hanoï, les renseignements reçus sont insuffisants. Aussi, le Vietnam reste toujours en attente de réponses plus précises des autorités malaisiennes.
Pour le moment, les équipes vietnamiennes ont arrêté de chercher au sud de la province de Ca Mau, à l'extrémité sud du Vietnam.
Les enquêteurs devant un défi très rare
Les enquêteurs font face à un défi extrêmement rare qui pourrait entraver leurs efforts : Ils n'ont pas les pouvoirs d'une enquête officielle de la sécurité aérienne.
Aucune nation n’est leader pour mener une enquête officielle, laissant un vide de leadership formel que les experts de l'industrie aéronautique disent sans précédent.
Les fonctionnaires malaisiens mènent leurs propres enquêtes informelles, en collaboration avec d'autres gouvernements et organismes étrangers, mais ils n'ont pas les pouvoirs juridiques en vertu des règles des Nations Unies.
Ces pouvoirs comprennent les droits légaux de prendre le témoignage de tous les témoins et les autres parties, le droit d'avoir un contrôle exclusif sur la diffusion d'informations et la possibilité de centraliser une grande quantité de données aujourd’hui fragmentées.
Les autorités malaisiennes n'ont pas encore pu former une enquête formelle car ils ne savent pas où l’appareil se situait lors du crash.
Et comme on sait les eaux d'Asie du Sud-Est sont en proie à des conflits territoriaux, et toute décision prise par la Malaisie pour agir unilatéralement et lancer une enquête officielle transfrontalière pourraient, en vertu des règles de l'ONU être considérés comme une affirmation subtile de la souveraineté, si le lieu de l'accident se révèle être à l'intérieur du territoire d'un autre pays.
La piste d’un attentat semble écartée
L’affaire des passeports volés et utilisés par des personnes d’origine iranienne semble ne pas constituer une vraie piste terroriste.
Cependant l’administration américaine souhaite poursuivre une investigation à ce sujet.
Les analystes toujours perplexes
La possibilité que l'avion ait changé de direction et ait survolé le détroit de Malacca rend perplexes les experts de l'aviation.
Les spécialistes pensent que si l'information est confirmée cela voudrait dire que quelqu'un a délibérément coupé le transpondeur qui envoie des données sur l'altitude, la direction et la vitesse et donc le plan de sa destination.
D'autres experts ne sont pas convaincus d’un acte criminel. Ils penchent plutôt sur une sorte de défaillance électronique catastrophique et soudaine qui aurait forcé les pilotes à faire des manœuvres désespérées.
Un problème d'alimentation électrique peut être une cause mais il ne faut pas oublier que les systèmes d'alimentation de secours ne durent qu’environ une heure et donc que les pilotes auraient eu largement le temps de signaler qu’ils rencontraient des problèmes.
La frustration des familles
Les familles des personnes à bord de l'avion veulent aussi en savoir plus, et certains crient leur colère.
On peut comprendre la douleur de ne pas savoir ce que sont devenus des proches.

lundi 13 janvier 2014

MIROIR, MON BEAU MIROIR, COMME TU AIMES DÉFORMER LES CHOSES…


Retrouvez les chroniques sur www.pagtour.net



Nos amis Anglo-Saxons ont parfois des idées toutes faites… Mais ils ne sont pas les seuls… Aujourd’hui c’est VisitBritain, l’office du tourisme britannique qui se distingue en provoquant un scandale presque aussi fort que l'affaire Diedonné ou la dernière petite amie de François Hollande...

 Ils ont publié des conseils controversés visant à aider les hôteliers et les voyagistes lorsqu'ils traitent avec les voyageurs internationaux. Il ne faut pas parler politique et des divisions linguistiques avec les Belges ! Cette fois-ci ce ne sont pas uniquement les Français qui sont visés.
 Indiens : Il ne faut pas se moquer de leur accent et ils ont tendance à changer d'avis assez souvent. Australiens : ils sont plutôt francs et ne se rendent compte qu'ils sont attachants quand ils font des blagues sur les « Poms » (les Anglais).
 Allemands / Autrichiens : Ne pas traiter rapidement les plaintes de la part de ces touristes qui peuvent être « simples et exigeants " au point de " paraître impolis et agressifs. "
 Japonais : Ne pas dire «non » d'une manière directe, mais plutôt penser à une «alternative plus agréable " Hongkongais : Ne pas demander à ces gens superstitieux de dormir dans une propriété historique ou un lit à baldaquin, parce qu'ils les associent à des rencontres fantomatiques.
 Français : Ne pas échanger un sourire ou un contact visuel avec un Français que vous ne connaissez pas. Canadiens : ne surtout pas prendre un Canadien pour un Américain Russes : faire en sorte que les visiteurs de ce " grand pays " soient logés dans des chambres avec de hauts plafonds.
 Belges : Ne pas essayer de parler sur la politique de leur pays ou des divisions linguistiques. Allez savoir pourquoi ?

 La France a édité également un manuel « do you speak touriste" 

 Si VisitBritain est sous le feu des critiques, ce n’est pas le seul organisme à donner des conseils sur la façon de traiter les touristes étrangers. La France et plus particulièrement Paris a lancé une campagne en juin 2013 afin de rendre les habitants de la capitale plus aimables avec les touristes. Avec pleins de clichés… On y découvre qu’il faut être en recherche de convivialité avec les Belges. Ils privilégient un hébergement économique (on comprend !) Les Français ont une exigence accrue ! Les Néerlandais sont pragmatiques. Ils sont à la recherche de gratuité… Les Allemands ont un besoin de constance ! Le dîner est à 18 heures. Les Italiens ont besoin de sympathie et de raffinement. Ce sont des touristes impatients. Les Japonais sont des clients exigeants discrets… Les media Anglais ou Américains sont habitués à critiquer Si ce guide VisitBritain ne va pas peut être pas bouleversé la compréhension interculturelle.

On peut dire que les médias Britanniques ou Américains sont habitués à critiquer le monde entier et en particulier la France et les Français. Le Maire de Londres Boris Johnson s’est souvent distingué en se moquant de la France. Il y a quelques jours, comme nous l’avons publié, c’est le magazine Américain Newsweek qui a sorti un article bourré de clichés erronés comme le prix à Paris d’un litre de lait à 6 €, que les couches pour bébés sont offertes…etc.