jeudi 5 juillet 2012

La Chaine Mercure rénove ses chambres de façon industrielle... écologique?


Mercure donne un nouveau souffle aux 725 hôtels de son réseau et accélère son développement dans le monde.

Présent dans 49 pays, Mercure accélère son rythme de développement et revitalise ses hôtels grâce à un plan ambitieux de rénovation.

L'enseigne entend parallèlement donner un nouveau souffle à son image en poursuivant la construction d'une marque forte, attractive et cohérente pour ces clients, ses équipes et ses partenaires.

Un rythme de développement soutenu pour la marque fer de lance du groupe Accor : troisième enseigne hôtelière mondiale (hors Amérique du Nord) sur son segment, Mercure est le premier opérateur en Europe avec 500 hôtels.

Leader en France, en Allemagne, au Brésil et en Australie, la marque densifie son réseau sur les marchés sur lesquels elle est implantée notamment au Royaume-Uni et en Italie.
Avec l'implantation dans deux nouveaux pays par an en moyenne, Mercure continue à se développer dans les grandes métropoles.

En 2012, la marque pose son enseigne en Russie et en Corée du Sud avec respectivement l'ouverture du Mercure Arbat Moscou et du Mercure Seoul Ambassador Gangnam Sodowe.

En 2013, la marque poursuivra son développement en Europe de l'Est ; et le réseau s'intensifiera également en Amérique Latine.

En France, Mercure (237 hôtels) a lancé « Dédicaces », un concept de rénovation novateur, qui permet de rénover les chambres et/ou salles de bain des hôtels de l'enseigne en réduisant de 40 % le coût, le temps et les nuisances générées par les travaux. Aujourd'hui, 1 000 chambres en France ont terminé leur rénovation en « Dédicaces ».

Le groupe Accor s’est tourné vers un cabinet de conseil spécialisé dans le secteur automobile. “Ils nous ont montré que 56 % des coûts de rénovation sont des coûts de main-d’oeuvre et qu’un chantier de rénovation peut faire appel jusqu’à 12 corps de métiers différents”, explique Frédéric Josenhans, directeur général de la marque Mercure.

Le groupe a donc réfléchi à un concept visant à réduire d’au moins 30 % l’investissement initial. “En industrialisant le produit, poursuit Frédéric Josenhans, cela nous permet de réaliser d’importantes économies d’échelle”, tout en gardant un esprit personnalisé, indispensable à des chambres non standardisées.

Un carnet de tendances venant compléter les fondamentaux de la marque a été mis en place et permet à l’hôtel de tout ‘customiser’ avec de multiples variations (tissus, matériaux…).

Deux cabinets d’architectes ont été retenus pour sa mise en oeuvre : le Studio Nicolas Adnet et Mark Hertrich et le designer Didier Rey, du cabinet Design Studio. “Réaliser 1 000 chambres par an” Au Mercure Paris Suffren tour Eiffel (Paris, XVe), un gros porteur de 405 clés, où la chambre Dédicaces a été testé, le directeur Laurent Mauguit s’enthousiasme : “il existe trois avantages : la réduction du bruit et des déchets - les chambres sont vidées par tranche, et les nouvelles arrivent en prêt à poser - ; la durée - à titre d’exemple, un chantier de 19 chambres ne va durer que deux semaines contre six précédemment - et [le recours à seulement] 4 corps de métier - l’équipementier, l’équipementier salle de bains, le peintre et le plombier - alors que la qualité du travail fini reste la même.”

Est ce que tout cela est bien écologique....à vrai dire je me pose la question!!